arts appliques
Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter arts appliques
mon compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 octobre 2012

Jean claude Quilici / De cape et d'épée ...

Cette semaine je t'emmène dans le monde de  la corrida ...Oui je sais le  spectacle de la mise à mort d'un taureau est  très discuté et discutable .... Et nombre d'associations dans le sud de la France militent pour sa suppression . Mais c'est un fait culturel que l'on ne peut nier, qui a ses adeptes , ses règles .

Jean claude Quilici est un peintre marseillais qui tout au long de sa carrière a chanté la Provence , ses couleurs chaleureuses . Avec lui tu vas entrer dans ce monde de cape et d'épée où l'homme et le taureau ne cessent  de s'épier .

quilici dans son atelier.JPG

Jean claude Quilici dans son atelier

habit de lumière.JPG

le costume des toreros vaut environ 6000 euros .AUssi les jeunes l'achètent ils d'occasion.SUrtout qu'avec les coups de corne il peut se déchirer . C'est au valet d'épée d'en prendre soin et de le recoudre. Miguelito , un torero de 4O ans possède 3 costumes . Ce n'est qu'à l'âge de 32 ans qu'il s'est offert son premier costume neuf .

Commentaires

Merci de nous expliquer tout cela. Le Président de l'association dans laquelle je travaillais (de 1983 à 1998) ne manquait aucune corrida, il avait un abonnement pour Béziers, Nimes, Arles etc.

Écrit par : elisabeth | samedi, 20 octobre 2012

Je suis comme beaucoup opposée à la mise à mort (j'ai assisté à une seule corrida, privée pour une convention près de Séville, réservée à notre boîte). Je pouvais ne pas y assister, mais j'ai choisi de rester pour savoir «de quoi je parle». J'ai été confortée dans mes idées de départ: la mort en spectacle est inacceptable et atroce pour moi.
Toutefois, nous étions à nouveau en Andalousie cette année, et nous avions une journée consacrée à la corrida et aux toros. Cela nous a permis d'entendre les points de vue de différents espagnols, et surtout des éleveurs. On doit bien admettre que la vie des taureaux est bien plus heureuse (quel espace pour eux!) et plus longue (5 ou 6 ans au lieu de 2 en moyenne pour nos boeufs... je ne parle pas des veaux!!) que dans nos campagnes. Alors je pose la question: pourquoi pas une corrida sans mise à mort?? Nous avons cette fois assisté à une «tienta»: les toréadors testaient de jeunes vaches pour savoir si elles seraint gardées à l'havienda comme reproductrices de taureaux. C'était un beau spectacle, l'homme et l'animal y tiraient chacun leur épingle du jeu. Moi je paierais pour voir ça.. pas pour voir mourir un taureau sous mes yeux...

Écrit par : sister for ever | vendredi, 18 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.