arts appliques
Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter arts appliques
mon compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 mai 2016

Suzanne Valadon (1865.1938) / une jeunesse cahotique !

Marie-clémentine Valade est née de père inconnu... Sa mère ne s'en occupe guère : pas le temps avec les ménages et les repassages ...

Alors tu te retrouves confiée à une ... concierge , puis à une grande frangine . Pour finir , au monastère St Jean , à Montmartre .

Mais l'indiscipline de la jeune enfant lui vaut l'expulsion . Le trapèze du cirque " Molier" l'attend . Boum , une chûte . La jeune fille a maintenant 15 ans . Heureusement , elle découvre un passe-temps : le dessin.

Retour auprès de maman . C'est Marie-Clémentine qui portera le linge repassé chez les clients . .

Un soir elle se retrouve chez le peintre Puvis de Chavannes . Il cherche une jeune fille comme modèle .

Nouveau métier , nouvelles rencontres . C'est le début du temps des amants , des artistes souvent , comme Renoir .

L'un d'eux reste plus longtemps dans son lit : Miguel Utrillo . Serait il le père de l'enfant qu'elle attend ? ce petit enfant plutôt chétif que l'on prénomme Maurice ?

1880Valadon_by_théophile Steinlen.jpg

A 15 ans Marie-Clémentine était déjà une belle jeune fille

1886Portrait_de_Suzanne_Valadon_par_Henri_de_Toulouse-Lautrec.jpg

Après la naissance de son fils , dont elle ne va guère s'occuper ( il sera confié à la grand mère très vite dépassée ) , Marie-Clémentine va gagner sa vie comme modèle auprès de nombreux peintres . En même temps elle dessine pour elle-même , surtout des portraits , à la mine de plomb , au fusain .

Un tournant en 1886 : M-C et sa mère déménage et vienne habiter un immeuble où loge l'atelier de Toulouse-lautrec ..le tableau c-dessus c'est du Toulouse-L et le sujet , la jolie M-Clémentine

.Devine la suite ! modèle et maîtresse ... :  .

1895Maurice-Utrillo-Playing-with-a-Sling-Shot1895-by-Suzanne-Valadon.jpg

Maurice Utrillo vu par sa mère .

Par hasard , Toulouse-L découvre les dessins de sa maîtresse . Il les montre à Degas .Conquis , l'artiste !

Il en fait son élève et sa protégée . Suzanne Valadon ( c'est le nouveau nom de la jeune femme ) sera portraitiste comme son maître .

1888 :Toulouse-Lautrec apprend que la petite Suzanne ( elle ne mesure qu' 1 m 54 , comme lui ...) veut l'épouser .Nenni ! il  rompt . Elle veut mourir et tente de se suicider . Bigre ...

1892Portrait-of-Erik-Satie-by-Suzanne-Valadon.jpg

La peine d'amour se cicatrisera et quelques années plus tard , en 1892, Suzanne Valadon  se consolera dans les bras du compositeur Eric Satie , dont elle peint le portrait ( ci-dessus), avant de passer dans ceux de Paul Mousis qu'elle épousera pour finir en 1896 .

Mousis , fortuné , lui permettra enfin  de se consacrer entièrement à un carrière d'artiste peintre .

 

 

 

Commentaires

Gil j'ai beaucoup aimé ta façon de raconter l' histoire de Mme valadon

Écrit par : maud | lundi, 16 mai 2016

repéré une nouvelle bannière ...'aime beaucoup V G

Écrit par : gléroy | lundi, 16 mai 2016

Mme Valadon avait du talent si l'on en juge par le portrait de son amant .

Écrit par : pistache | lundi, 16 mai 2016

Peu de femmes peintres renommées... le talent de Valadon mérite sa réputation. J'aime beaucoup aussi celui de son fils Maurice Utrillo.
Merci Gil de partager vos centres d'intérêt.

Écrit par : Rez | lundi, 16 mai 2016

Notre ami Rez a raison peu de femmes peintres à l'époque que tu évoques ... Morisot quand même ...Puis après Frida Khalo ..

Écrit par : tiburce | lundi, 16 mai 2016

Je trouve que c'était une belle femme , cette suzanne ... Pas étonnant qu'elle attirait les hommes toujours prêts à fondre sur le moindre jupon qui passe ( rire )

Écrit par : Annette | lundi, 16 mai 2016

Merci pour ce récit et pour la découverte de son talent. Bonne journée Gil.

Écrit par : Elisabeth | mercredi, 18 mai 2016

Les commentaires sont fermés.