arts appliques
Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter arts appliques
mon compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 décembre 2012

Bruegel / la rentrée des troupeaux ( 1565)

le retour du troupeau 1565.jpg

Peter Bruegel(1525 -1569) était un écolo avant l'heure ... Il pensait que l'homme devait vivre en harmonie avec la nature  " comme les animaux et les plantes , l'individu est un composant de la terre et il est nécessaire que tous vivent en bonne intelligence ".

On observe d'ailleurs très bien cette philosophie dans le tableau ci-dessus , la rentrée des troupeaux. Les arbres , les bovins , les hommes sont peints dans les mêmes tons .

Ce tableau fait partie d'un cycle de saisons , ou de mois , on ne sait trop , puisque seuls 5 tableaux ont pu être conservés . Les spécialistes pensent que  c'est le mois de novembre qui est évoqué ici.

lundi, 19 janvier 2009

Enfant perdu

vue1685-2.jpg    

  L'enfant perdu

 

 

je suis un enfant perdu.

Je marche le long des rues

A la recherche de la main

Qui m'indiquerait le chemin .

 

Les doigts me manquent pas ,

qui disent " viens ici , viens là "

la lumière viendra,

Surtout , garde le bon pas!

 

Devrais je attendre demain ,

j'ai compris que cette main,

Cachée au détour malin,

ne scellera plus mon destin .

 

Je suis un enfant perdu

Qui marche le long des rues .

Bientôt sonneront matines ,

Courberai encore plus l'échine.

                                                                                                                             Gil     ( janvier 2OO9 )

 

vendredi, 28 novembre 2008

Namasté

namasté;Blogué.JPG
Je l'ai croisée un jour , cette fillette , au Népal .Et ses grands yeux qui disaient toute la détresse du monde m'avaient bouleversé...
De cette rencontre est née une "tranche de vie" écrite , à la va vite , quelques heures plus tard sur le coin d'une table .
Je l'ai tout naturellement titrée " Namasté" qui est  le mot d'échange naturel , de courtoisie , de bienvenue qui se dit dans ce pays ,l'un des plus pauvres au monde .
 
Namasté
 
 
"Namasté" m'a t elle dit d'une voix fluette.
Je me suis rapproché de la fillette,
qui joignant les mains en une prière,
m'a lancé un long regard de misère .
 
 
 
Si elle avait pratiqué mon langage,
Elle eût dit , d'une parole bien sage,
"Bienvenue au pays des Dieux multiples
Que tu croiseras lors de ton périple"
 
 
Mais la petite , jeune mère avant l'âge,
dont la rue était le seul pâturage,
N'avait que ses yeux profonds pour parler,
et des gestes futiles pour s'épancher.

 

Alors de ma poche sortirent des bonbons

Peut être eût il mieux valu des crayons ?

qui arrachèrent à l'enfant un sourire,

trop court moment pour vraiment se réjouir .
Népal . Novembre 2OO6.

mercredi, 01 octobre 2008

tranche de vie / l'Irlande

pluie1.jpg

L'Irlande 

 

 

                                   L'été irlandais ,

Cela prête à sourire .

Qu'il soit  juillet ou mai ,

Attendez vous au pire !

 

 Pour apprécier l' Irlande

Et parcourir ses landes ,

Il faut aimer la pluie

Car elle est là , tapie .

Et sur les imprudents

elle balance, ravie

ses réserves à torrents.

 

 Il faut encore  aimer le vent

Qui du haut des collines

Déverse sur les errants

ou des notes argentines

     ou des grands coups de vents

                                   Yvonne Le Cam

 

Cet été là il n'avait pas arrêté de pleuvoir sur l'Irlande .... Et toute la famille Le Cam , qui campait ,était lasse de cette pluie qui n'en finissait pas de tomber , de tomber . Alors Yvonne avait pris sa plume et couché sur le papier cette tranche de vie .

 

mercredi, 28 mai 2008

La corrida

La corrida


1208491931.JPGDans la lumière le toro est entré .
Il a regardé , les yeux étonnés.
Tous ces cris l’ont sûrement énervé .
Et de courir , il s’est époumonné .



Que lui veulent ces tenues chamarrées ?
Pourquoi ces bâtons aux crocs acérés ?
Et ces douleurs , sur ses flancs essoufflés ?
De rouge , déjà , il s’est coloré .



Un cheval , aveuglé ,s’est approché,
Et une fulgurance l’a transpercé .
Pourquoi , montent , aigus , tous ces sifflets ?
Il n’a pourtant , personne , piétiné !



Un homme arrive dans l’arène surchauffée
Jouant d’une muleta enfiévrée .
Du toro , il a , la tête , tournoyé .
L’ôdeur du sang , aux narines , est montée .



Soudain , le torero s’est arrêté .
Dans les yeux , le toro , il a fixé .
Un profond coup d’épée il a donné .
Lentement ,l’animal s’est effondré .

 

J'ai assité une fois à une corrida ...Par curiosité sans doute . Je n'ai pas aimé l'acharnement sur le toro , ce sang qui giclait des flancs de l'animal . Et le comble , ce jour là , le torero , particulièrement maladroit , dut se reprendre à plusieurs fois pour estoquer son "adversaire".

 

Car les défenseurs de ce jeu barbare parlent d'un" combat"... Tu parles  d'une lutte où l'animal est condamné d'avance , affaibli déjà par le picador , saoulé par les banderilles .

 

Je ne comprendrai jamais la "culture" qu'évoquent les partisans d'un jeu cruel .

 

J'ai écrit le texte ci-dessus  , il y a deux ans , au pied des arènes de Dax  ( j'assistais à la féria ) alors que derrière les  gradins se jouait une nouvelle pièce dramatique . L'aquarelle d'accompagnement est signée Monique Guihaire . Tu peux retrouver sur son blog  ses oeuvres  dans la catégorie " peintures ".

vendredi, 02 mai 2008

Une tourterelle

1772060522.jpg

Une tourterelle

 

Une tourterelle immobile dort

Nichée dans les branches du sapin .

Je l'ai découverte ce matin .

Il faisait doux dehors .

Dans son manteau de plumes,

Aux couleurs de brume ,

La tourterelle immobile ,

Sur la  branche paisible ,

Dort,  protégée par le feuillage .

Invisible dans le paysage,

Qui pourrait la réveiller ?

Ces moineaux qui viennent piailler ?

Le chat qui vient  passer ?

                                                                               Ou le vent qui va la bercer ?

 

Dans le grand champ qui entoure ma maison  , elles sont arrivées ,comme  chaque année  au printemps ,pour me rendre visite  , mes amies les tourterelles .

Elles savent que je  les accueille avec civilité , qu'elles vont trouver sur le sol les aliments qu'elles recherchent ..Et puis il y a tellement de sapins pour y construire des nids ...

Vers  l'automne elles partiront ... direction le grand sud .... un nouveau cycle .

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Cette jolie tranche de vie est signée Elisabeth Leroy  .   Si tu ne la connais pas , je t'invite à la décourir sur son blog . Un petit clic ici et tu frappes à sa porte !

lundi, 31 mars 2008

Pipi !

525410353.gifPipi ! 

 « Où sont les toilettes ? »

Crie- t- elle à tue tête !

Elle , c’est ma maman

                                                                           Bien évidemment.

24712211.jpgSitôt renseignée,

Que rien ne  l’ arrête

Car elle ne peut pas tenir

Plus longtemps…

                               Toute la journée

                                On la voit ainsi

                          Sans arrêt se trémousser

                              Pour sa p’tite envie.

1323809596.jpgUne fois libérée,

Il faut se méfier

Car ce n’est point dit

Que tout est fini…

                               En effet ,souvent

                            Il faut, c’est navrant,

                            Vingt minutes après

                                                                                                       La refaire …pisser !

 

                                                                       Cette " tranche de vie " est signée  Yvonne Le Cam ...

 

 

samedi, 10 novembre 2007

Quand je croise cette dame...

38248486bdaf89bd20fd6a0247f29928.jpgJ'ai écrit ce texte l'été 2OO6 ... C'est   "une tranche de vie"    toujours d'actualité .

Quand je croise cette dame

 

« Quand je ne serai plus , tu trouveras une jeunette

 Pour me remplacer , t’aimer et  faire la fête… »

Ce n’était que douces  fariboles prononcées

Dans la joyeuse insouciance des années passées .

 

Maintenant que les ténèbres t’ont appelée ,

 

Qu’au chemin solitaire je me suis résigné,

 

Je ne puis regarder une femme , sans chercher

 

Le sourire qui me faisait tant te désirer .

 

 

 

Quand je croise cette dame qui est un peu toi

Monte alors ,comme à mes seize ans ,ce doux émoi

 

Qui me fit t’aimer comme la fille d’un roi .

 

Encore plus fort ,car tu ne voulais pas de moi …

samedi, 27 octobre 2007

J'aimerais que l'on me dise

j'aimerais que l'on me dise ...

 Il y a des mois que j'ai lu ce texte ...d'un auteur inconnu ...j'ai beaucoup aimé la sensibilité qui s'en dégageait et cet appel venu du plus profond de lui -même ...

Combien d'entre nous , qui sommes des millions de solitaires en France ,pourraient faire leurs  ces mots simples qui témoignent si bien de l'attente et de l'espérance.?

674a146a985f3808c1982457df412371.jpgJ'aimerais que l'on me dise: Ca fait longtemps que l'on t'attend.  La vie est longue sans toi.Tu me manquais."

J'aimerais être assis au sommet d'une colline, adossé à un arbre centenaire.
On raconterait nos vies et tous les moments que l'on n’a pas pu partager ensemble. Une journée qui ne finirait pas.

Si on pouvait m'attendre quelque part.


La vie est longue sans toi, on t'a attendu, tu nous manquais.
On aurait pu, si tu avais été là, partager ensemble tant d'instants
On aurait pu, si tu avais été là, partager tellement de moments
On aurait pu, si tu avais été là, partager autant de sourires

Prends ma main et accompagne-moi sur cette colline
Assieds-toi et raconte-moi ces mois d'absence
Parle-moi, dévoile-moi tous tes silences
Profitons de ce jour avant qu'il ne se termine

J'étais quelque part et je t'attendais...

 

dimanche, 20 mai 2007

L'homme et le chien

medium_752.JPGJe classais mes photos ...

 752.JPG

Et j'ai retrouvé celle-ci où je suis en tête à tête avec un boxer .

 

Larsen - c'est son nom -  a vécu I7 ans . C'est exceptionnel pour un chien de cette race .

 

J'ai pleuré quand il fut décidé de le "piquer" .

 

Il m'est venu à l' esprit un texte ...un écrit que j'eusse souhaité avoir rédigé . Je ne sais plus qui en est l'auteur ...

 

S'il était le plus laid

De tous les chiens du monde ,

Je l'aimerais encore

A cause de ses yeux .

 

Si j'étais le plus laid

De tous les vieux du monde ,

L'amour luirait encore

Dans le fond de ses yeux .

 

Et nous serions tous deux ,

Lui si laid , moi si vieux ,

Un peu moins seuls au monde ,

A cause de ses yeux .